Ce sera bien LUI

15 et 16-mai-19 – 43°17’34.04″N / 5°21’57.70″E – https://goo.gl/maps/EisWjWCgqLYQVYBeA

Le hasard – ou bien le Destin – m’ayant amené sur un site internet de Location de bateaux, j’ai donc réservé deux jours pour partir vivre avec lui.

LUI … ? … Ne nous méprenons pas sur cette information : je veux parler d’un voilier ! Le rendez-vous avait été pris pour le week-end mais, comme la météo était prévue « à se dégrader », nous avons choisi de naviguer en semaine.

Mercredi 08h30, arrivé sur le Vieux Port de Marseille – je rejoins Claude, propriétaire et capitaine de Safran : un superbe Nauticat 38 (oui, vous savez, LE bateau que j’ai choisi pour partir à ma retraite !).

Nous faisons rapidement quelques courses pour les repas de ces deux jours, puis c’est l’appareillage. Nous laissons derrière nous « la Bonne Mère », et prenons le cap sur les Calanques.

Éole est pas bien reéveillé ce matin, et ne nous offre qu’un tout petit peu de vent. Après deux heures à petite vitesse (et la houle s’étant levé), nous décidons de rebrousser chemin et d’aller mouiller l’ancre derrière les îles du Frioul où nous serons mieux abrités.

Claude est aussi bon marin que Maître-queux.

Toute l’après-midi, nous profitons du vent qui s’est enfin levé pour « faire des ronds dans l’eau » – dans la grande rade de Marseille – et pour me permettre de mieux « sentir » ce voilier, découvrir sa tenue à la mer et son « habitabilité » au large.

(ou bien Hélios, voire même Huitzilopochtli) s’étant eux aussi bien levés, le soleil cogne fort et je navigue avec un immense plaisir ; Safran file bon train ses 7 Nœuds, nous … bien à l’abri dans le cockpit sur le haut du pont.

De retour à quai nous finissons cette première journée – avec la visite de deux collègues de Claude – en prenant une bonne dose d’E.P.O. (apéro bien marseillais : Eau, Pastis, Olives !).

Éole (s’étant probablement embrouillé avec sa compagne pendant la nuit !) décida au petit matin de ne pas se lever et de rester au lit ! C’est donc au moteur que nous avons repris la mer pour visiter le Parc National des Calanques : Sormiou, Morgiou, Sugiton, En Vau, Port Pin et avons même poussé jusque dans la baie de Cassis. Retour sur Morgiou pour le repas de midi ; puis – il fallait hélas bien rentrer – direction Marseille. Notre périple de deux jours nous aura fait faire 80 Miles nautiques environ.

OUI … c’est décidé … ce sera bien lui : un Syltala Nauticat 38

Hygie, vous connaissez ?

Vous oui ? … bin pas moi !

– Allo, qu’est-ce que tu fais demain ? Il y a une sortie de prévue sur un voilier comme l’an dernier et il reste une seule place de libre – une personne s’est désistée !

– ouiiiiii, bien-sûr que je suis dispo !

Et me voilà ce samedi matin à l’embarquement sur Hygie ; de vous à moi, je ne savais même pas ce que ce nom pouvait vouloir dire !

Recherches sur internet : Dans la mythologie grecque, Hygie ou Hygée (en grec ancien Ὑγιεία / Hugieía ou Ὑγεία / Hugeía, « santé »), fille d’Asclépios, dieu de la médecine, et d’Épione, est la déesse de la santé, de la propreté et de l’hygiène. Elle représente la santé préservée et symbolise également la médecine préventive. (source Wikipédia)

Et puis, HYGIE, c’est aussi le nom d’un superbe voilier gréé en ketch, construit en 1930 ; 63 tonnes de déplacement, propriété d’un homme travaillant dans le pharmaceutique.

Hygie

Nous voilà à bord. Sortie du port de Cannes. Voiles hissées. La bête file ses 07 noeuds sans forcer. Puis le ‘pitaine (Joël) me laisse la barre un long moment …. quelle joie et quel bonheur de piloter un monstre pareil :