Une autre idée !

Depuis plus de trois ans que je surfe sur ce Projet, j’ai beaucoup lu et surtout je me suis documenté autant qu’il m’était possible de le faire. Et – en m’appuyant sur les expériences vécues par de nombreux autres navigateurs – j’ai donc naturellement éliminé de nombreuses possibilités : confort ou inconfort de la vie à bord, confort en navigation, etc … et aussi : choix du bateau.
J’avais « sélectionné » deux types de voiliers (voir mon article du 18-jan-17), correspondant à mes goûts et à mon porte-monnaie « possible » (c’est à dire le jour où tout sera soldé à terre et que j’aurai « un certain montant » en banque !) …et voilà qu’un autre type de bateau s’offre à moi, dans une fourchette de prix « abordable » : un Fifty.

Qu’est-ce que c’est que ce truc … ?

C’est un bateau plus habitable qu’un voilier de même dimension, plus rapide par petit temps (avec le moteur), remontant mieux au vent (avec le moteur), un cockpit bien protégé, une grande facilité à sortir seul au moteur, et plein d’autres avantages qui font que j’hésite encore beaucoup.

Pour la législation française, on pourrait dire qu’un Fifty est un voilier que la formule classerait dans la catégorie « moteurs » … (voir plus bas « la formule » !). Un navire à voiles est un bateau dont la voilure constitue le mode principal de propulsion, le moteur étant considéré comme une propulsion auxiliaire.

Comme mon Projet est de partir par le Nord de l’Europe, un voilier « mal adapté » serait une erreur : il me faut un navire que je puisse barrer même par mauvais temps « sans sortir », et qui allie la taille (tarifs « corrects » dans les ports – contrairement à un catamaran qui paye « double » vu sa largeur) et l’habitabilité (double-vitrage sur ce type de bateaux + bonne visibilité extérieure), etc …

Donc, j’en suis encore aux hésitations !


Seulement pour ceux que cela intéresse :

Définition administrative d’un navire à voiles :

Formule :

As : exprimée en mètres carrés,

S est la surface de voilure projetée (calculée comme la somme des surfaces projetées en profil de toutes les voiles qui peuvent être établies lorsque le navire navigue au près, sur des bômes, cornes, bouts-dehors, queues de malet ou autres espars), et de la surface du ou des triangles avant, jusqu’à l’étai le plus avancé, fixé de manière permanente pendant le fonctionnement du bateau au mât portant les voiles établies, sans recouvrement, en supposant que les drailles et les chutes sont des lignes droites. La surface du triangle avant de chaque mât doit être celle donnée par IJ/2, où I et J sont les mesurages entre la face avant du mât, l’extrémité arrière de l’étai et la ligne de livet au droit du mât. La surface des espars n’est pas incluse dans le calcul de la surface de voilure projetée, à l’exception des mâts-ailes.

mLDC : masse du navire en condition de charge, exprimée en kilogrammes.