Est-ce un hasard ?

Début février – par une belle journée d’hiver sur la Côte d’Azur – je retrouve mon ami Christophe pour un ‘tit resto ensemble bord de plage à midi. La température est un peu basse (c’est encore l’hiver, ne l’oublions pas !) … et pourtant ce jour nous offre un magnifique ciel bleu, la mer est splendide – d’un calme olympien – et on décide de manger dehors … sur la terrasse !

Le repas terminé, je vais sur le chemin du bord de plage attendre Christophe (qui est « au p’tit coin !) ; se trouve là … un petit kiosque « Servez-vous » rempli de bouquins divers. Suivant l’adage bien connu « le hasard fait bien les choses », mon regard se pose – comme « attiré » – sur la tranche d’un livre que je prend : « Le grand départ et la vie sur l’eau » – écrit par Michka. Machinalement je le feuillette : ex-ac-te-ment l’ouvrage qu’il me fallait pour mon grand Projet !

Depuis que je l’ai récupéré, je le lis et relis, et y puise de très nombreuses informations – qui me seront utiles le moment venu. Ce livre a été publié en 1977, et – chose « amusante » – il est encore (pour sa grande part) d’actualité … surtout dans les évocations qu’avait Michka à cette époque, qui se révèlent parfaitement « visionnaires » 40 ans après ! (par exemple : sur le développement de la mal-bouffe, ou sur le thème du tourisme « invasif »).

LE bouquin

Je suis décidé plus que jamais à partir et vivre sur l’eau.

… c’était bien le hasard !

Gutenberg ; visionnaire ?

« … Notre Histoire n’est qu’une suite d’événements incroyables ; chacun de nous peut en influencer le cours.

De la naissance d’un grand empire millénaire à la fin d’une civilisation florissante, du génie créatif d’une poignée d’hommes à une révolution culturelle planétaire, des visions totalitaristes les plus sombres aux grandes guerres les plus effroyables, de la résistance héroïque d’un peuple entier à la volonté sans failles d’une minorité, la plus infime de nos décisions peut influencer l’avenir de l’humanité.

Connaître le passé c’est anticiper l’avenir.

L’invention de Gutenberg – en 1450 – a tout changé : notre rapport à la culture et au savoir, notre esprit critique, notre place dans la société ; nous sommes devenus des hommes exigeants, avides de savoir, curieux de tout.

Le XXe siècle a été à son tour marqué par d’autres révolutions : avec les progrès fulgurants de la micro-informatique, l’humanité a été catapultée dans l’ère du numérique ; Internet a tout changé. Nous vivons aujourd’hui dans un monde où l’évolution fulgurante des terminaux de communication et la prolifération des réseaux sont telles, que les échanges sont devenus instantanés. Les livres sont : dématérialisés, les bibliothèques : numérisées, le savoir : stocké en ligne, la mémoire : archivée dans des bases de données connectées.

Si nous devions numériser tout le savoir produit depuis l’aube de l’humanité jusqu’en 2003, cela représenterait 5 milliards de giga-octets de données numériques ; en 2010 cette quantité est atteinte en seulement deux jours ! Chaque utilisateur est devenu auteur, compositeur, réalisateur ; chaque minute nous produisons 350.000 tweets, 15 millions de SMS et 200 millions de mails.

Nous venons d’arriver à un point de divergence.

Un point de divergence est un évènement clé ; un carrefour dans notre Histoire où notre monde peut basculer d’un côté … ou de l’autre !

Notre société croule sous une avalanche de données. Ce tsunami impose une organisation, une gestion du Net ; à l’image du Codex médiéval – avec ses numéros de pages – les moteurs de recherche nous aident à trouver ce que l’on cherche au milieu de cet océan digital : pour une question donnée, un algorithme nous propose une sélection de réponses dans un ordre préférentiel. Mais jusqu’à quel point ces moteurs sont-ils influencés par des paramètres économiques ou politiques ? A l’heure du fake-news c’est aujourd’hui à l’utilisateur de faire la part du vrai et du faux ; notre cerveau n’a plus l’obligation de se souvenir de tout … mais il doit maintenant se méfier de tout !

La durée de vie moyenne d’une inscription sur la pierre est de l’ordre d’une dizaine de milliers d’années ; sur un parchemin environ mille ans ; sur la pellicule cent, le vinyle cinquante. Aujourd’hui nous stockons des quantités exponentielles d’informations sur des supports qui ne survivront certainement pas plus de vingt ans.

Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avions stocké autant de Savoir sur des supports aussi fragiles : les matériels tombent en panne très vite ou sont dépassés technologiquement ; les ports USB, existeront t’ils encore dans cent ans ? Le codec de compression jpeg sera-t-il encore utilisé pour que nos petits-enfants puissent voir toutes les photos que nous prenons avec nos portables ?

La réalité est là : nous n’avons actuellement aucune solution technique pour garantir la conservation de notre Savoir au-delà de quelques années ! On envisage de créer des Musées informatiques : des Arches de Noé contenant un exemplaire de chacun des ordinateurs qui resterait « en l’état » sans aucunes mises à jour ; à des coûts exorbitants, on parvient à coder des brins d’ADN qui pourraient alors stocker d’énormes quantités de données. Mais la seule solution viable est de recopier régulièrement l’ensemble de notre Savoir sur de nouveaux supports … un peu à la façon des moines copistes du Moyen Age !

… il semblerait bien que nous ayons besoin – encore une fois – d’un nouveau visionnaire … »

 

Extraits de l’émission « Points de repères – Gutenberg, l’inventeur visionnaire » – Arte, fev-17